mercredi 30 novembre 2016

Compte-rendu café-lectures du 25 novembre 2016



Notre café-lecture s'est déroulé dans la bonne humeur,  remercions vivement les participants et vous invitons au printemps prochain à nous retrouver pour vous présenter de nouveaux coups de coeur.
L’insouciance de Karine TUIL
3 personnages  dont les vont les destins se mêler et s’entre-croiser .     
- 1  lieutenant dans l’armée qui revient d’Afghanistan, qui a perdu plusieurs  de ses hommes, est traumatisé par l’horreur de la guerre. Il  passe alors par un séjour de décompression à Chypre avant de rentrer chez lui retrouver sa femme et son fils. Son retour à la vie civile est difficile, éprouvant un sentiment de culpabilité pour ne pas avoir su protéger ses hommes. Il se replie sur lui-même  et seul le maintient en vie le désir de renouer avec une jeune journaliste rencontrée à Chypre. Elle-même est mariée avec :
- 1 riche PDG d’un groupe de téléphonie mobile, grand amateur d’arts, qui  à la veille d’une fusion avec une Société américaine, pose pour un magazine, assis sur une œuvre d’art représentant une femme noire. Cela déclenche alors un lynchage médiatique d’une grande violence, il est traité de raciste, de sale  juif alors  que lui-même est catholique, et fils d’un ancien ministre Paul LEVY, résistant et juif, qui au lendemain de la guerre et par souci d’intégration a changé de nom (VELY au lieu de LEVY). ,
-  1 éducateur social,  ami d’enfance du lieutenant de l’armée, fils d’immigrés ivoiriens et porte parole des familles lors des émeutes des banlieues en 2005. En 2006, il devient Conseiller du Président de la République. Très apprécié pour sa vision politique, mais il sait aussi  que l’on dit de lui  qu’il est la caution « banlieue du gouvernement », pur produit de la discrimination positive.  Du jour au lendemain il est écarté de l'Élysée parce qu'il veut essayer de rester fidèle à ses idées. Il vit très mal  cette nouvelle situation, s’aperçoit qu’en politique on n’a pas d’amis. Il souffre aussi d’un complexe d’infériorité n’ayant pas fait de grandes études, notamment comme sa compagne Sonia, rencontrée à l’Elysée, originaire de Bretagne, métisse, issue de l’Ecole des Chartes et qui participe à l’élaboration  des discours du Président. Lors de son éviction il envisage de revenir en banlieue faire du social et renoue avec un ancien ami d’enfance qui habite toujours en banlieue mais qui ne lui veut pas que cu bien.
Pour le faire revenir au pouvoir, une amie lui demande de prendre alors la défense du Chef d’entreprise en écrivant une tribune dans la presse. 
Tout cela donne des amours secrètes, des intrigues politiques, des mondes qui se confrontent, des luttes de classes, et des guerres d'identité. Ce roman aborde de nombreux thèmes : le racisme, le communautarisme, la religion, le pouvoir,  la calomnie, la radicalisation, l’identité, les médias et raconte la fin de l'insouciance dans ce XXIème siècle, la perte de toute innocence aussi.
 L’auteure s’est inspirée de l’actualité des 15 dernières années et dresse un tableau très réaliste de notre société où l’image prédomine. Chacun peut y voir certains de nos politiques.
On passe d'un chapitre à l'autre et d'un personnage à l'autre. L’écriture foisonnante, le 1er chapitre sur le retour de l’Afghanistan est d’un grand réalisme, d’une grande force.  Belles pages sur la condition de militaire, sur les réalités du terrain..L’histoire est prenante. Un roman qui ne laisse pas indifférent.

 Désorientale de Negar DJAVADI
C'est un 1er roman.
La narratrice, dans une salle d'attente dans un hôpital où elle suit une PMA se remémore ses souvenirs d'enfance. Iranienne, issue d'un grande famille, elle nous raconte son arrière grand-père et ses 52 épouses, sa grand-mère arménienne exilée en Iran, ses parents, ses soeurs, ses nombreux oncles. Elle nous raconte son exil en France avec ses désillusions parce que ses parents étaient grands intellectuels opposants au régime. Elle ne se sent plus orientale mais plutôt désorientée (d'où le titre du livre). Elle n'aura pas la même vie que ses soeurs.

Des notes en bas de page rappellent des faits historiques et en fin de livre figure un arbre généalogique, une aide précieuse pour se répérer dans cette grande famille.Les yeux fardés de Lluis LLACH
L'auteur est au départ un chanteur catalan, militant républicain, indépendantiste. Ce roman a connu beaucoup de succès en Espagne.
Un vieil homme est interviewé par un jeune réalisateur qui veut faire un film sur la guerre civile.  Le Vieil homme raconte sa vie depuis sa jeunesse jusqu'à ses 87 ans. Cela se passe dans une banlieue pauvre de Barcelonne "Barcelonetta", il faisait partie d'une bande de 4 amis, 2 hommes 2 femmes. Ils sont tous solidaires. La guerre civile commence et elle est vue par de petites gens. C'est aussi une belle histoire d'amour qui naît entre 2 garçons. C'est aussi un mélange de la petite et de la grande histoire.Une belle écriture, beaucoup de nostalgie, une partie plus sombre à la fin du livre sur la torutue et la vengeance ;

 Continuer de Laurent MAUVIGNIER
Sybille a 45 ans. C'est une aventurière, a été très amoureuse d'un certain Gaël. Chirurgienne, elle craque lors d'une intervention. Elle revient alors vivre dans sa famille puis elle rencontre Benoît dont elle divorcera quelques années plus tard. Ils ont ensemble un fils Samuel. On va suivre la mère et son fils âgé de 17 ans qui vivent ensemble à Bordeaux. Lors d'une fête à Lacanau dans la maison d'un ami de Samuel, cela se passe très mal. Elle décide de partir avec son fils faire une virée à cheval au Kirghizistan, pays d'Asie Centrale. Des aventures multiples, des rencontres avec des gens du pays, des français qui marchent, de belles descriptions de paysages, des chevauchées ponctuent ce roman. Le garçon change, évolue. Il a l'occasion de de voir un carnet tenu par sa mère et la découvre alors sous un autre jour. Son père décide de les rejoindre et est étonné du changement de son fils. Il retrouve alors un homme solide au lieu d'un adolescent fragile. Samuel va continuer avec sa mère.
Roman très bien écrit sur l'amour maternel. 

L'Odyssée de Rosario de Pierre-Yves LEPRINCE

Un jeune peintre français passionné par la Sicile achète une vieille maison près de l'Etna. 
Un homme passe devant chez lui avec un fusil et un chien. Le jeune homme est plus ou moins accepté mais peu à peu ils sympathisent. Le vieil homme lui raconte alors sa vie.
Il est parti à la guerre, était en Grèce lorqu'il a décidé de déserter pour rentrer chez lui à pieds. Il sera beaucoup aidé par les femmes tout au long du chemin.  Une très belle histoire d'amité entre ces deux hommes, des descriptions magnifiques du pays, le mode de vie des Siciliens, rendent ce livre passionnant.

samedi 19 novembre 2016

lecture du 25 novembre 2016

Soyez les bienvenus à notre prochain café lecture qui se tiendra le vendredi 25 novembre, à partir de 14 h 30, dans les locaux de la bibliothèque.
Seront présentés :
- Le dernier des nôtres d'Adélaïde CLERMONT-TONERRE
- Continuer de Laurent MAUVIGNIER
- Les yeux fardés de Lluis LLACH
- L'insouciance de Karine TUIL
                               - L'archipel d'une autre vie de Andreï MAKINE

dimanche 13 novembre 2016

L'insouciance de Karine TUIL

Romain ROLLER est soldat, il revient d'Afghanistan meurtri et tombe amoureux de Marion DECKER, jeune journaliste mariée à un riche entrepreneur François VELY. Piégé dans un scandale politico-médiatique, ce dernier sera soutenu par Osman DIBOULA, fils d'immigrés ivoiriens, conseiller à l'Elysée, ayant gravi les marches du pouvoir après avoir été animateur social en banlieue. 3 destins qui se mêlent tout au long de ce roman dans lequel l'auteure aborde les grands maux actuels de notre société : le racisme, la calomnie, la lutte de pouvoir, le communautarisme, la guerre au Moyen Orient.
Une écriture très dense, un chapitre, un personnage, cet ouvrage se lit facilement et nous offre un très bon moment de lecture.