mercredi 16 mai 2018

Les passagères du 221 de Catherine BECHAUX


Paul, chauffeur de bus sur la ligne 221, transporte régulièrement 5 femmes chargées d'un gros sac de linge. Qui sont-elles? Grand-mère, mère ou conjointe d'un prisonnier qu'elles rencontrent au parloir.
Chacune nous raconte son histoire et Paul nous livre constamment ses impressions pendant ses trajets.
Beau témoignage que nous livre l'auteur à travers ce court roman bien écrit où l'on découvre des femmes meurtries mais courageuses.

vendredi 27 avril 2018


Jeudi 10 Mai 2018, matinée Portes Ouvertes à la Bibliothèque Pour Tous de Mesquer, 50 rue du 8 mai 1945 (près de l'église) de 9 h  à 13 h.
Vente de livres  pour Adultes et Enfants à petits prix 

jeudi 22 mars 2018

Compte-rendu café lecture du 16 mars 2018

Voici les livres présentés lors de notre café-lecture et remercions chaleureusement les participants.

L’art se perdre d’Alice ZENITER – Prix Goncourt des Lycéens 2017
Tout au long de ce livre, on suit 3 générations de franco-algériens :
-       -  le grand-père Ali chassé de Kabylie, arrivé en France au camp de Rivesaltes.
-        -  son fils Hamid qui n’a toujours pas compris la fuite de son père,
-      - Naïma, fille d’Hamid, une artiste bien intégrée. Chaque génération est typique.
Naïma cherche à remonter son histoire, son père n’ayant pas voulu lui parler du passé. Elle ne peut pas s’adresser à sa grand-mère qui ne parle pas le français. Elle partira à la recherche de ses racines, retournera en Algérie.
Les personnages évoluent tout au long du livre. C’est un livre bien écrit, un bon moment de lecture.


Née contente à Oraibi de Bérangère CORNUT
C’est l’histoire d’une jeune amérindienne d’Arizona qui nous fait connaître les us et coutumes de son peuple. Son prénom indien Tayatitaawa signifie celle qui salue le soleil en riant. En effet à sa naissance elle a rit aux éclats alors que la plupart des nourrissons pleurent. Cette jeune hopi dont est contée l’expérience intérieure, sa prise de conscience à l’adolescence de ce qu’elle est, fait un rêve chamanique.
Ce roman ethnologique, initiatique, nous emporte dans un univers hors du temps, hors de notre société.


L'ordre du jour d'Eric VUILLARD
L'auteur Eric Vuillard, 50 ans, est cinéaste, essayiste et romancier.  Il a obtenu de nombreux prix dont le Goncourt en 2017 pour son récit L'ordre du jour.  La différence entre roman et récit n'est pas toujours très claire. Dans le cas présent il s'agit d'un texte court de 150 pages et la part de fiction est limitée à la création des ambiances et  à la description des réunions secrètes. Tous les évènements et les personnages sont historiques.

Une farce tragique 
Les 16 petits chapitres  s'appuient sur des faits  précis qui résument  le scénario de l'avant guerre du 20 février 1933 à 1938. La prouesse a été de condenser une énorme documentation historique ( archives, journaux, films de propagande ) pour raconter l'histoire de la gigantesque manipulation des responsables nazis qui a abouti au désastre annoncé : la seconde guerre mondiale. Le lecteur retrouve  des politiciens  connus : les allemands :  Goering, Hitler, Goebbels, Von Ribbentrop... qui ont roulé dans la farine leurs homologues anglais : Chamberlain, Churchill..., le président français Albert Lebrun, le chancelier autrichien Schuschnigg. D'autres contemporains moins connus, musiciens notamment, appartiennent à la petite histoire.
            Le questionnement, toujours  d'actualité,  sur l'attitude des hommes politiques : ignorance ou légèreté, aveuglement ou crédulité, manque de courage ou laxisme ?... est présenté avec une ironie grinçante. Les politiciens sont tournés en dérision et les situations parfois cocasses. Par exemple, au moment où les nazis violent tous les traités et s'apprêtent à envahir l'Autriche, le président français réfléchit au nouveau budget de la loterie nationale !
            C'est aussi, toujours d'actualité, la force de la propagande  qui transforme une  réalité burlesque en fait d'armes. Ainsi les fameux panzers qui doivent envahir l'Autriche sont tombés en panne et sont transportés par voie ferrée pour être filmés en conquérants.
            Egalement,  portraits  au vitriol des industriels  allemands qui ont financé sans état d'âme le parti nazi,  exploité à  mort dans leurs usines des centaines de milliers  de prisonniers des camps ... et qui ont toujours pignon sur rue : Bayer, Opel,  etc... 
            En résumé  un  petit chef d'oeuvre de concision  d'une grande qualité d'écriture. 

On la trouvait plutôt jolie de Michel BUSSI
Leili, arrivée du Mali depuis quelques années se bat pour trouver du travail et un logement plus grand,,,, Elle a trois enfants : Bamby, Alpha et Tidiane qu’elle essaie d’éduquer le mieux possible avec l’aide des grands-parents. Elle vit à Marseille dans un HLM un peu déglingué mais au bord de la mer .
Pourquoi Leili est-elle inquiète quand quelqu’un doit venir chez elle ?  Leili cache quelque chose... Leili a un secret !!
Dans un hôtel de passe de luxe, un responsable de l’ONG Vogelzug ( qui défend les immigrés)  est assassiné : on sait tout de suite que c’est Bamby qui l’a tué mais pourquoi ? et pourquoi lui a-t-elle fait une prise de sang ?
Deux autres meurtres sont perpétrés  de la même manière et dans un hôtel du même genre, mais l’un à Beyrouth et l’autre à Rabat !!!
Les deux inspecteurs sont devant une énigme : si l’assassin est cette jeune fille sans ressources, comment a-t-elle pu agir aussi rapidement dans des endroits aussi éloignés ? Et pourquoi les hauts responsables de cette organisation sont-ils visés ?
Qualités et restrictions
Des personnages attachants : Leili, la mère courage,  Bamby, la belle métisse, Ruben, tenancier d’un hôtel IBIS qui prête ses chambres vacantes aux sans-papiers, les deux inspecteurs etc,,,
Une intrigue bien ficelée,  pleine de rebondissements et de surpriseS (au prix de quelques invraisemblances).
Un contexte très actuel ; parcours difficile des immigrés, commerce sordide des passeurs et   abus de pouvoir de certains responsables d’ONG.
Pas de restrictions
Pour tous publics


L’homme qui a sauvé Londres de Georges MARTELLI
C’est l’histoire d’un héros anonyme : Michel Hollard.
Il n’a pas admis la défaite de 1940. Il va offrir ses services aux anglais pour donner des renseignements. Il monte un réseau tout seul par des connaissances pour fournir des renseignements aux anglais. Ce réseau a grandi jusqu’à 100 personnes. On y entrait par cooptation.  Plusieurs lieux d’ouvrages stratégiques furent indiqués aux anglais et notamment la construction des bases de lancement de V1.
Michel Hollard a pris des risques pour traverser la frontière pour se rendre en Suisse. Il a d'ailleurs été prisonnier.
A la fin de la guerre, les anglais l’ont décoré, mais pas les français.
Cette biographie très intéressante se lit comme un roman.

Des lecteurs(trices)nous présentent :
Retour à Séfarad de Pierre ASSOULINE
L’auteur se raconte en tant que juif séfarade. Il nous fait parcourir l’Espagne depuis 1492 jusqu’à la décision en 2015 du roi d’Espagne d’abroger la loi de la reine Isabelle de Castille demandant aux juifs soit de se  convertir à la religion catholique, soit quitter le pays. Les juifs expulsés s’installent en Turquie, au Maroc.
Il veut donc redevenir espagnol et raconte ses démarches kafkaïennes auprès de l’administration. Il rencontre des espagnols de tout genre, raconte ses échanges.
C’est un livre très intéressant qui se lit comme un roman d’aventures.


Les loyautés de Delphine DE VIGAN
Une professeure de collège a l’impression qu’un de ses élèves est maltraité. Elle mène son enquête. C’est un livre choral :
- Théo, un pré-adolescent qui raconte son histoire. Il vit en garde alternée chez ses parents,
- Mathis, l’ami de Théo
-  les parents de Mathis
-  Hélène, la professeure de collège elle-même violentée dans son enfance.
Chaque adulte ne s’occupe que le lui-même. Malgré sa bonne volonté, Hélène est maladroite, sa hiérarchie ne peut rien faire. Théo va sombrer dans l’alcool, la drogue. C’est la descente aux enfers pour ce jeune garçon.
C’est un roman contemporain sombre, bien écrit qui nous parle des problèmes de notre époque.


vendredi 9 mars 2018

Achats de février 2018

Voici les dernières nouveautés "Adultes" disponibles à la Bibliothèque de Mesquer. Les enfants ne sont pas oubliés puisqu'une trentaine de livres a été achetée.
Bonnes lectures à tous.
  
AUTEUR
TITRE
ROMANS FRANÇAIS
BECHAUX Catherine
Les passagers du bus 221
BOURDEAUT Olivier
Pactum Salis
CARRE Isabelle
Les rêveurs
CORENBLIT Rachel
Les attachants
DREYFUS Pauline
Le déjeuner des barricades
FAVIER Emmanuelle
Le courage qu’il faut aux rivières
GARCIN Christian
Les oiseaux morts de l’Amérique
GAY Roxane
Treize jours
JOSSE Gaëlle
Une longue impatience
LAURENS Camille
La petite danseuse de quatorze ans
LEMAITRE Pierre
Couleur de l’incendie
MOULINS Xavier de
Les hautes lumières
RONDEAU Daniel
Les mécanique du chaos
VIGAN Delphine de
Les loyautés
ROMANS ETRANGERS
FERRANTE Elena
L’enfant perdue (T4 l’amie prodigieuse)
GUNDAR-GOSHEN Ayelet
Réveiller les lions
LYNCH Jim
Face au vent
MEYER Déon
L’année du lion
MOYES Jojo
Les yeux de Sophie
OLAFSDOTTIR Audur Ava
Or
SHAFAK Elif
Les trois filles d’Eve
WOODSON Jacqueline
Un autre Brooklyn
YOUNG Heather
Un été près du lac
ROMANS DETENTE
HAUTHUILLE Marie
L’épicerie
PERSSON Gulilla Lim
Par-delà les glaces
ROMANS POLICIERS
GARDNER Lisa
Lumière noire
HART John
Redemption road
LOISON Laurent
Cyanure
PENNY Louise
Le beau mystère
TUCKER Nelly
A l’ombre du pouvoir
YOUND David
Stasi Blok
ZEPEDA PATTERSON Jorge
Milena ou le plus beau fémur du monde
DOCUMENTAIRES
ANGELA Alberto
Les trois jours à Pompeï
AUGIER Justine
De l’ardeur
FEREY Caryl
Norilsk
JABLONKA Ivan
En camping car
NAJEEB Michaël et GUIBERT Romain
Sauver les livres et les hommes

mardi 6 mars 2018

Café lecture du vendredi 16 Mars 2018

Notre prochain café-lecture (ouvert à tous) se tiendra le vendredi 16 mars, à partir de 14 h30, dans les locaux de la bibliothèque.
Les bibliothécaires vous présenteront des coups de coeur :
- L'Art de perdre d'Alice Zeniter (prix Goncourt des lycéens 2017)
- Née contente à Oraibi de Bérengère Cournut
- L'odre du jour d'Eric Vuillard (prix Goncourt 2017)
- On la trouvait plutôt jolie de Michel Bussi

lundi 5 mars 2018

Nouvelle permanence

Pour stisfaire le plus grand nombre nous ajoutons une nouvelle permanence
- le mercredi après-midi de 17h à 19 h A PARTIR DU 14 MARS 2018
Bienvenue à tous, petits et grands

mardi 20 février 2018

Palmarès des livres lus en 2017


Voici la liste des livres les plus lus en 2017

Rang
Titre du livre
Auteur
1
L’héritage des Farjoux
La tresse
Sylvie BARON
Laëtitia COLOMBANI
2
Le choix des autres
Bakhita
Et soudain la liberté
Hôtel du grand cerf
La fille qui rendait coup pour coup (Millenium5)
Les huit montagnes
VERA
Françoise BOURDIN
Véronique OLMI
Evelyne PISIER-Caroline LAURENT
BARTLET Franz
LAGERCRANTZ David

COGNETTI Paolo
GEARY Karl
3
Le tricycle rouge
Cueilleuse de thé
La nuit des béguines
Trois femmes en noir
A l’ombre de l’arbre Kauri
L’amie prodigieuse (T1)
Le jour d’avant
Par le vent pleuré
Projet Anastasis
Underground Road
L’art de perdre
L’ordre du jour
Vincent HAUUY
Jeanne-Marie SAUVAGE-AVIT
Aline KINER
Daniel CARIO
Sarah LARK
Elena FERRANTE
Sorj CHALANDON
Ron RASH
Jacques VAUDROUX
Colson WHITEHEAD
Alice ZENITER(Goncourt des lycéens)
Eric VUILLARD (Prix Goncourt)
4

La salle de bal
Article 353 du code pénal
Aux deux hirondelles
L’île au rébus
La ferme des Miller
Anna HOPE
Tanguy VIEL
Elise FISCHER
Peter MAY
Anna QUINDLEN
5
Le groupe

Jean-Philippe BLONDEL




lundi 5 février 2018

La nuit des béguines d'Alice KINER

"Paris, 1310, quartier du Marais. Au grand béguinage royal, elles sont des centaines de femmes à vivre, étudier ou travailler comme bon leur semble. Refusant le mariage comme cloître, libérées de l'autorité des hommes, les béguines forment une communauté inclassable, mi-religieuse, mi-laïque. La vieille Ysabel, qui connaît tous les secrets des plantes et des âmes, veille sur les lieux. Mais l'arrivée d'une jeune inconnue trouble leur quiétude. Mutique, rebelle, Maheut la Rousse fuit des noces imposées et la traque d'un inquiétant franciscain... Alors que le spectre de l'hérésie hante le royaume, qu'on s'acharne contre les Templiers et qu'en place de Grève on brûle l'une des leurs pour un manuscrit interdit, les béguines de Paris vont devoir se battre. Pour protéger Maheut, mais aussi leur indépendance et leur liberté".
L'auteur nous fait découvrir les béguines, une communauté assez méconnue sur la période du Moyen Age et nous fait découvrir comment ces femmes solidaires pouvaient bien arriver et vivre parmi les autres en voulant obtenir leur liberté ou même vivre une vie meilleure malgré leur veuvage ou autre.

samedi 30 décembre 2017

Cotisation annuelle

A partir du 1er décembre 2017, le montant de la cotisation s'élève à 15 €.

lundi 4 décembre 2017

Compte-rendu café-lecture du 1er décembre 2017

Le jour d'avant de Sorj CHALANDON

Cet auteur est un journaliste grand reporter qui a travaillé au journal "Libération". Il a écrit 7 romans, a obtenu les prix Albert-Londres en 1988, Médicis en 2003 pour "Une promesse", Le Goncourt des Lycéens en 2013 pour "Le 4ème mur". 
Ce roman raconte la vie d'un homme de 57 ans, dans le nord de la France, depuis l'âge de ses 12 ans. Il a un frère qui l'emmène en balade. Chaque chapitre a une aventure. Ce sont des reportages sur des situations : mariage, veuvage...Il vaut mieux lire ce livre sans lire le sommaire.  Ce livre bien construit est à conseiller vivement.

Les Bourgeois d'Alice FERNEY

Cette auteure a reçu un prix Bibliothèque Pour Tous en 1997 pour son roman "Grace et dénuement".
Mathilde et Henri Bourgeois sont nés en 1895 et 1897, se marient en 1919, ont 10 enfants (8 garçons, 2 filles). Dans cette famille c'est aussi une façon de vivre. A travers les enfants (un avocat, un médecin, un général) nous traversons le 20ème siècle : les guerres de 39-40, Indochine, Algérie, mai 68. Ce roman est aussi une histoire de Société. Un seul reproche : dommage qu'il n'y ait pas d'arbre généalogique. 


Hôtel du Grand Cerf de Franz BARTELT  collection cadre noir au Seuil
L'auteur : Franz Bartelt est né et vit dans les Ardennes. Il est l'auteur d'une quarantaine de livres : romans policiers, poésies, théâtre... Prix de l'humour noir en 2001, Goncourt de la nouvelle en 2006.
L'intrigue : A Reugny, un petit village des Ardennes en Belgique près de la frontière, rien de palpitant. Sauf qu'il y a 50 ans une star de cinéma de l'époque a été retrouvée noyée dans sa baignoire à l'hôtel du Grand Cerf. Crime ou suicide ?... Nicolas Tèque, un jeune journaliste parisien, vient  enquêter sur cette vieille histoire  pour préparer un documentaire.   Juste à son arrivée un crime est commis. Le douanier Jeff Rousselet qui espionnait tous  les gens du village est retrouvé décapité d'un coup de fusil. Tous le haïssaient et sont donc tous suspects. Mais il y a aussi la fille de la patronne de l'hôtel qui a disparu avec sa mobylette et peu après l'idiot du village retrouvé assassiné.
 L'inspecteur Vertigo Kulbertus, qui s'est fait de l'obésité une spécialité, est envoyé sur place à quinze jours de sa retraite.
 Aidé du jeune journaliste,   il va mener son  enquête d'une manière très personnelle à la fois  totalement loufoque et finalement efficace.
L'intérêt du roman : Si la trame est classique : un meurtre, une enquête, des suspects et un coupable,  le traitement est original. Tout d'abord à cause de l'inspecteut, hors normes, à tous points de vue. Une sorte d'énorme bouffon qui, tout en buvant des bières à la chaîne, provoque et déstabilise tous les villageois par ses méthodes sans gêne.
Il y a aussi une galerie de portraits,  à la fois  étude de caractère et étude de moeurs.
Les femmes Londroit qui s'occupent de l'hôtel : Léontine la grand mère dans son fauteuil roulant, Thérèse la mère, Anne Sophie la fille à la mobylette.
Richard Lépine, le directeur du centre de motivation pour cadres et seigneur du village. Son adjointe très efficace Elisabeth Grandjean. Sophie Monsoir, la chauffeuse de taxi et son mari le routier, violent et jaloux. Et puis les seconds rôles, les gens du village qui " ont toujours su tenir leur langue. Ils se détestent mais n'iraient jamais dénoncer leur pire ennemi à la police ".  Comme le dit l'auteur : " Le noir, pour peindre les moeurs, c'est une bonne couleur".
Un autre intérêt vient d'une écriture très personnelle, une plume acidulée qui passe, avec élégance, du burlesque à la mélancolie, de l'humour noir à la poésie. Le tout parsemé d'aphorismes cocasses : "Tous les assassins ont des alibis. Un assassin sans alibi, c'est un pompier sans échelle."
 Extrait : " Kulbertus se laissa distraire par le chant d'un merle ... Le chant du merle avait varié sept fois et Kulbertus s'émerveillait qu'un oiseau aussi rudimentaire pût, en si peu de temps  et sans presque reprendre son souffle donner plusieurs versions de la vérité "
Bref un roman bien construit, bien écrit avec une bonne dose de burlesque et d'humour noir.

Le gravillon du pavillon qui voulait voir la mer de Claire SCHVARTZ
Dany voulait changer de vie. Un jour arrive un galet avec de magnifiques récits de mer. C'est le début du rêve de Dany le gravillon qui rencontre ce galet.
L'auteur nous invite ici à un voyage dans un univers onirique, emprunt de fantaisie, de fraîcheur, d'optimisme. Les enfants peuvent s'amuser en observant les dessins originaux, plein d'humour et de petits détails à découvrir. Les textes sont courts et bien accompagnés par les dessins.
Ce récit de la construction d'une amitié est tout à fait indiqué pour communiquer aux enfants le plaisir de la lecture. Cet album est recommandé aux enfants de 5 à 7 ans.

Une lectrice nous a présenté un coup de coeur :
Underground railroad de Colson WHITEHEAD
Cet auteur est lauréat du prix Pulitzer de littérature 2017 pour ce roman qui avait déjà été élu meilleur roman de l'année 2016 par la presse américaine.
Cet ouvrage parle d'un réseau fait d'abolitionistes qui aidaient les esclaves noirs à fuir pour rejoindre le nord des Etats-Unis. Et c'est aussi l'histoire d'une jeune esclave de 16 ans dans une plantation de coton en Géorgie qui va s'enfuir en direction du nord. On découvre ce réseau clandestin avec ses secrets, des personnes impliquées qui ne connaissent pas la suite, des blancs qui ont aidé les abolitionistes mais aussi les chasseurs d'esclaves en fuite.
Ce roman poignant apporte un éclairage différent. 50 000 à 100 000 esclaves ont ainsi pu fuir entre les années 1800 et 1860.
C'est aussi un témoignage historique.

                     Plusieurs personnes ont lu un même livre ce qui a permis d'échanger autour de ce roman.
UV de Serge JONCOUR
Bréhat en plein été, une belle maison, une belle famille. Un après-midi un inconnu se présente à la propriété, tout de blanc vêtu. Il se prénome Boris, est soi-disant un ami du fils de la famille -Philippe- se sont connus au Lycée. Dès le départ ce personnage qui arrive casse la routine, l'ennui. Une tension s'installe. On attend Philippe pour le 14 juillet, il a l'habitude tous les ans de tirer le feu d'artifice. Boris s'installe, très à l'aise rapidement va réussir à séduire toute la famille, sauf le gendre pas très drôle  qui n'aime pas ce  type de personne trop bronzée.
Il fait très chaud, l'atmosphère est orageuse, la tension monte,  pourquoi Philippe n'arrive pas ?
Ce roman, très bien construit tient en haleine le lecteur en installant du suspens qui ne sait jamais ce qui va se passer jusqu'à la dernière  page.




Cet après-midi convivial s'est terminé autour d'un café gourmand.

                                        §§§§§§§§§§

 Notre prochaine rencontre aura lieu le VENDREDI 16 MARS 2018.


mardi 28 novembre 2017

"L'art de perdre" d'Alice Zeniter - Goncourt des Lycéens 2017

Pourquoi Naïma, parisienne, artiste, se retrouve-t-elle dans un village isolé de Kabylie, 50 ans après que son grand-père ait fui avec sa famille ?
Naïma est chargée de préparer pour la galerie d'Art qui l'emploie une rétrospective d'un artiste algérien. Elle acceptera d'aller à Oran et c'est ainsi que douloureusement elle entreprendra de remonter le fil de son histoire familiale, jamais racontée, totalement occultée.
Le grand-père est décédé, le père mutique, elle ira donc aux sources... Ce faisant, elle nous fait revivre cette page de l'Algérie, le destin tragique des harkis, fresque puissante, personnages forts et justes... Recul, complexité de cette femme de la 3ème génération, qui, au-delà des héritages et des injonctions familiales, sociales, choisit d'être soi.
Le titre est extrait d'une oeuvre d'Elisabeth Bishop, poétesse américaine : "Dans l'art de perdre, il n'est pas dur de passer maître ... Perds chaque jour quelquechose, l'affolement de perdre...accepte-le, et l'heure gâchée qui suit..."

vendredi 24 novembre 2017

Café-lecture

La Bibliothèque Pour Tous de Mesquer vous invite à échanger autour de quelques livres récents :
- "Le jour d'avant" de Sorj Chalandon
- "Les eaux troubles du tigre" d'Alicia Plante
- "les bourgeois" d'Alice Ferney
Par ailleurs, nous ouvrirons la discussion autour de
- "UV" de Serge Joncourt, dont nous vous proposions la lecture en septembre.
Suivra un petit moment gourmand.

lundi 13 novembre 2017

Animation "Connaissance et transmission du patrimoine local"

Dans le cadre des animations proposées par la Bibliothèque Pour Tous de Mesquer, nous avons reçu Jocelyne LEBORGNE, historienne locale.
Le sujet "Connaissance et transmission du patrimoine local" a entraîné le public vers l'histoire passionnante de personnages hors du commun de Mesquer qui restent cependant méconnus.
Mme LEBORGNE nous a parlé de ses méthodes de travail, des sources à la base de son travail de recherche, qui sans nul doute
l'entraîneront vers d'autres découvertes dont elle nous fera bénéficier  prochainement.
                                                      Un petit goûter permit de prolonger ce moment convivial.

lundi 30 octobre 2017

Achats de septembre 2017

La rentrée littéraire de septembre 2017 particulièrement riche nous a permis d’acquérir de nombreux ouvrages variés que nous vous invitons à découvrir.

AUTEUR
TITRE
ROMANS FRANÇAIS
ADJIMI Kaouther
Nos richesses
BENEGUI Laurent
La part du danger
BONNEFOY Miguel
Sucre noir
CHALANDON Sorj
Le jour d’avant
COLOMBANI Laëtitia
La tresse
COULIN Delphine
Une fille dans la jungle
DEVILLE Patrick
Taba-Taba
FERNEY Alice
Les bourgeois
HUMBERT Fabrice
Comment vivre en héros
MAJDALANI Charif
L’empereur à pied
OLMI Véronique
Bakhita
ORSENNA Eric
L’école buissonnière
PISIER Evelyne-LAURENT Caroline
Et soudain la liberté
SPITZER Sébastien  
Ces rêves qu’on piétine
THOMAS Chantal
Souvenir de la marée basse
VUILLARD Eric
L’ordre du jour – Prix Goncourt
ZENITER Alice
L’art de perdre – Goncourt des Lycéens
ROMANS ETRANGERS
BENNET Brit
Le cœur battant de nos mères
COGNETTI Paolo
Les huit montagnes
GEARY Karl
Vera
GENY Abby
Farallon Islands
HISLOP Victoria
Cartes postales de Grèce
HOPE Anna
La salle de bal
IAKHINA Gouzel
Zouleika ouvre les yeux
KINER Alice
La nuit des béguines
RASH Ron
Par le vent pleuré
SUKEGAWA Durian
Le rêve de Ryôsuke
WHITEHEAD Colson
Underground Railroad
ROMANS DETENTE
BOURDIN Françoise
Le choix des autres
FISHER Elise
Aux deux hirondelles
LARK Sarah
A l’ombre de l’arbre fleuris
MC KINLEY Tamara
Les fleurs du repentir
QUILDEN Anna
La ferme des Miller
VERA Harmony
Les orphelins du bout du monde
ROMANS POLICIERS
BARTELT Franz
Hôtel du grand cerf
BUSSI Michel
Elle était plutôt jolie
FINTONI Lionel
Il ne faut jamais faire le mal à demi
HAUUY Vincent
Le tricycle rouge
JOHNSON Craig
La dent du serpent
KHEMIRI Jonas
Tout ce dont je ne me souviens pas
LAGERCRANTZ David
Millenium 5
VANDROUX Jacques
Projet Anastasis
DOCUMENTAIRES
ARNAUD Clara
Au détour du Caucasse
SERRES Michel
C’était mieux avant